Wealth Management

Les 5 raisons d’avoir un compte en Suisse

GQ publie donc les 5 raisons de ne pas détenir de compte en Suisse, voici les 5 d’en avoir un:

1. En cas de faillite de la banque (chose qui n’arrivera evidemment jamais compte tenu de leurs splendides capitalisations) les sommes déposées sont garanties à hauteur de 82’000 Euros par l’état.

2. L’autonomie politique de la Confédération Helvétique (la Suisse, quoi) qui lui évite que d’autres viennent mettre son nez dans ses affaires et imposent des taxes (remember Chypre?)

3. La stabilité de sa monnaie locale qui permettra de conserver son pouvoir d’achat au cas ou l’Euro dégringole

4. L’expertise légendaire des professionnels qui y exercent depuis 250 ans, à l’époque ou Jacques Necker n’était qu’un adolescent.

5. La chance de visiter ce splendide petit pays où il fait un froid de canard, on s’ennuie , on parle 4 langues différentes et où tout coûte plus cher (on y débourse par exemple 6.25 Euros par numéro de GQ au lieu de 3.40 en France).

Cela va sans dire, avec l’air du temps on vous déconseille de ne pas le déclarer ou de le détenir au travers d’une société offshore…

Advertisements
Standard
Newz, Tax

Les Cahuzacs, les chauds lapins et les fous du volant

Peut-on vraiment continuer de prendre la plupart des décisions liées à la gestion de patrimoine avec pour seule motivation d’éviter toute charge fiscale? Dans certains cas de planification successorale pour une famille complexe par exemple, ok, cela peut être un élément central. Mais pas pour le client lambda et ses 600’000 Euros au noir.

L’impôt ne peut malheureusement plus être la base ou le moteur de la réflexion des clients ou de leurs prétendus conseilleurs peu scrupuleux, bénéficiant d’une capacité d’anticipation semblable à celle de l’arbitre de touche de PSG-F.C. Barcelone. Que feront les Cahuzacs du genre quand ils auront besoin d’utiliser cet argent mais qu’il leur sera impossible de le rapatrier? Que feront les héritiers de ces fonds lorsqu’ils se retrouveront coincés sans vraiment pouvoir en bénéficier, et recevront comme héritage non pas un patrimoine, mais un problème?

Le plus difficile est de faire le pas, car comme dans tout, la nature humaine déteste le changement. On a tous un ami qui conduit encore sans la ceinture, un autre qui fume dans les toilettes de l’avion ou encore qui persiste à ne pas se protéger lors de ses aventures d’un soir. Mais le fait est que l’on s’est habitué à ces changements parce que notre époque le voulait, et notre sécurité en dépendait.

Ça fait mal de se le dire, mais il est temps de se poser les bonnes questions, je suis tous les jours étonné de voir à quel point les nouvelles générations l’ont d’ailleurs bien compris, elles qui ne sont pas influencées par ces pratiques dangereuses du passé.

Standard
Newz

À l’insu de son plein gré

C’est fou comme l’être humain a tendance à oublier les actes qui pourraient se révéler une menace par la suite.

Il l’avait nié au micro de qui voulait l’entendre devant les députés, et même au président, puis menacé Mediapart d’une plainte en diffamation. Avant de le faire il a quand-même réfléchi deux secondes et s’est dit qu’en plus de son poste, ça aurait été dommage de perdre aussi la face.

Il avait pourtant fait ce qu’il fallait, dans son fameux enregistrement qui date d’il y a une douzaines d’années il disait déjà que l’UBS n’était pas “la plus planquée des banques”; raison pour laquelle, j’imagine, il est passé chez Reyl. De là, la Suisse n’étant pas le plus planqué des pays, il a fui un coup en avant vers Singapour, avec la naïveté qui caractérise ces naïfs mal conseillés.

Cette histoire n’est en fait que l’arbre qui cache la forêt; de nombreuses personnes peut être moins médiatisées mais avec une vraie nécessité d’être bien orientées se retrouvent à cause de cette approche dans une situation difficile.
On peut se demander ce qui se serait passé si Mediapart n’avait pas sorti l’affaire; lorsque Singapour décide du jour au lendemain de changer sa politique (et il paraît que là-bas ça ne se passe pas à coups de votations), le conseiller de Cahuzac l’envoie aux Bahamas, à l’île Maurice ou même dans un pays qui ne s’est pas encore trouvé de vocation de place financière et on poursuit la perpétuelle fuite en avant en perdant à chaque fois un peu de proximité, de stabilité, d’expertise, de qualité de service et de sécurité.

Tout ca pour 600’000 malheureux Euros. Ce n’est pas parce qu’on est dans cette industrie que l’on perd le sens des réalités, c’est évidemment beaucoup d’argent. Mais ce genre de comptes, chez nous, c’est 1 fonds d’allocation d’actifs et le junior qui t’appelle une fois par an pour se faire les dents.
Prendre de pareils risques pour ce genre de montant, ça me rappelle mon collègue qui trompe sa femme à la soirée de boîte avec une plus moche…

Standard
Newz, Wealth Management

US banks after the European?

I’m advised by my new twitter buddy @JeanBilan that according to Dick Bove ‘s declarations, Europe is becoming the Latin America of a few years ago because of its Cyprus “situation” , that this should benefit US banks and that he would short European Banks.
I’m with him on this last point, but for other reasons.

And for now (and as mentionned in my previous post FATCA is going to change that), they might have an edge on the Latin American market, I also give him that. This is mainly due to proximity, ease of travel, often poor diversification and a strong US dollar focus.

Sadly, these do not apply to European (or Russian) private or institutional investors. They have plenty of options within Europe who can offer expertise in the Euro trading and investments, stable economies, top notch service and experience in managing wealth (when some of the firms that are still active today were founded, Florida was just a bunch of cotton fields owned by the kingdom of Spain).

What might go to the US is the part that doesn’t want to disclose beneficial ownership:
Delaware won’t give it up
And they are welcome to go as Monaco, Luxemburg, Switzerland and London do not tolerate it.

So the last banker standing better don’t start looking for a South Beach condo. Instead, he should better get used to the European climate, because believe it or not that’s where his future is…

Standard
Newz, Wealth Management

Bemvindo, Bienvenido and Dobro Projalovat!

Much has been said and written about that Cyprus story, one great thing about it is that they will finally strengthen their anti money laundering policy.
The problem is, if you took 30% of your wealthy clients account as per someone else’s decision, you are lost anyway.

Chances are these wealthy Russians everybody is talking about will try to move their assets to a truly stable, reliable and strong financial hub with political independence and stability, as well as a strong currency; something like Switzerland or Singapore. And if these fortunes were made legally, then they will be more than welcome.

So will the High Net Worth Latin Americans who are notorious for holding an account in their favorite holiday/shopping destination: Miami. The soon to be signed agreements between the USA and the continent’s major countries will have them loose the confidentiality that is almost vital to many of them.

Switzerland is not a tax heaven anymore. Good. Now they can focus on being a safe heaven, and this never goes out of style. At a moment when some considered that the good days of the Swiss wealth management industry were over, the recent European decision proves just the opposite.

The last banker standing will therefore have to learn Spanish, Portuguese and Russian, in order to be able to service his future clients.

Standard
Newz

La transparence, ça a du bon!

Allez, c’est vendredi, soyons positifs! Si vous êtes sceptiques, dites vous que:

– Plus besoin de perdre du temps a essayer d’identifier un client qui ne s’annonce pas comme il devrait (car “Hans von Frankfurt” ou “la galinette cendrée”, ça ne nous aidait pas beaucoup…)

– Plus besoin de vivre chaque passage de douane comme un passeur de drogue mexicain

– Plus besoin de se faire envoyer les positions par internet pour aller les imprimer au cybercafé du coin

– Plus besoin d’attendre la visite annuelle du client pour lui remettre les 4’855 feuilles inutiles de son courrier gardé

– Plus besoin de s’annoncer comme votre ami “qui aime le chocolat” ou “qui vous appelle des montagnes”

– Plus besoin de remplacer dans les conversations les mots Euros ou Dollars par “fleurs” ou “patates” (cent pataaates)

Mais surtout, on passera moins pour des bandits quand on dit ce qu’on fait dans la vie…
Bon week-end à vous!

Standard
Newz, Wealth Management

Banques étrangères: les femmes et les enfants d’abord

L’article le plus lu de la semaine sur le site de Bilan concerne donc le supposé rachat par l’UBP de la division Private Banking de la Lloyds.

Alors non, pas de quoi s’étonner parce d’après ce que l’on dit cela fait un moment déjà qu’ils astiquent la carrosserie, nettoient l’intérieur et graissent un coup les pneus pour qu’ils aient l’air tout neufs. Il ne manque plus qu’une jolie petite hôtesse pour vous ouvrir la portière et c’est le salon de l’auto.

En fait ce qui m’étonne dans cette histoire c’est que les autres ne soient pas en train de faire la même chose. Les succursales/filiales de banques étrangères sont venues ici dans un but bien précis. Aujourd’hui, la concurrence est devenue plus rude, cette présence leur coûte cher, elle représente un risque non seulement financier mais également de réputation pour ces grands groupes, il y a un problème éthique dû au fait que certaines de leurs maisons mères appartiennent partiellement a l’état et last but not least, c’est juste pas leur métier.

Quand le management retournera à Londres, Paris ou Francfort pour faire du crédit hypothécaire, que tous leurs clients auront rapatrié après avoir régularisé leur situation fiscale (au cas ou certains auraient encore des comptes non-déclarés) ou fui en avant vers une place financière improvisée genre île Maurice, il ne restera que ceux qui ne sont pas venus à cette industrie par intérêt.

Donc chers futurs-ex Lloyds, si vous souhaitez vous sauver du naufrage, pensez tout de même à ne pas vous réfugier dans un canot troué!

Le last banker standing devra donc évoluer dans une institution dont la gestion de fortune est l’activité principale…

Standard