Newz, Wealth Management

Comment se faire une bonne place dans le quartier des banques

La mue de la place financière suisse est en marche et l’expertise, l’expérience et l’infrastructure locale attirent les convoitises. Mais comment se développer ou même entrer sur un marché 200 ans après la concurrence, qui plus est au moment où l’étau se resserre sur des pratiques devenant chaque jour plus risquées et contestées?

Il existe plusieurs solutions. La première, risquée, est la stratégie de l’autruche. On a pu la voir en action il y a quelques années de cela, lorsque les comptes de citoyens américains ont du être fermés par les clairvoyants établissements conscients des risques que les Yankees représentaient. D’autres l’ont ignoré ou pire, ont choisi de récupérer les clients américains “exités” par les autres en voyant cela comme une opportunité… L’actualité récente montre que cela n’a pas été leur meilleur choix stratégique.
Mais on le sait, la mémoire de beaucoup de managers bancaires est plus courte que celle de l’acolyte de Nemo. Du coup, depuis quelques mois, les chasseurs de tête et même les petites annonces n’ont aucun scrupule à démarcher des conseillers en mentionnant explicitement qu’ils recherchent des fonds non-déclarés. Affligeant. Malheureusement, c’est avec ce genre de course au petit profit que l’on fragilise une place financière majeure.

Course au profit toujours, mais de la part des gérants de fortune cette fois. En effet, ces derniers profitent de cette redistribution des cartes pour se déplacer vers les structures qui veulent croitre, et sondent donc les potentiels nouveaux employeurs sur ce qu’ils peuvent leur apporter s’ils décident de les rejoindre. L’élément financier ne peut toutefois pas être l’unique motivation, car il sait pertinemment qu’il lui sera plus facile de convaincre ses clients de le suivre dans un établissement à la réputation excellente et où il puisse les servir de manière indépendante, sans pression sur les ventes de produits maison par exemple.

Une seule des 4 consolidations attendues prochainement a pour l’instant eu lieu, et on en a déjà expliqué la logique. Elle illustre quand à elle la stratégie de ceux qui veulent croître vite et bien, et procèdent à des rachats ou des fusions. Evidemment, ils récupéreront également quelques clients indésirables et devront convaincre les gérants qu’ils sont un partenaire idéal, c’est pourquoi seules les structures sérieuses, crédibles et jouissant d’une bonne réputation peuvent s’y atteler.

Les nouveaux acteurs ont l’embarras du choix, ils peuvent se comporter en autruche, en hyène, en paon, en requin ou en ogre, mais ce qui est sûr, c’est qu’au bout du compte ce sont les clients, les décisions stratégiques et parfois les USA qui décideront du futur paysage de la gestion de fortune helvétique.

Advertisements
Standard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s