Newz

Comment ne plus fabriquer d’Hervé Falcianis

Hervé Falciani… Il suffit d’évoquer ce nom pour que tous se lancent dans une interminable énumération des cruels sévices qu’ils lui feraient subir, si par malheur il osait remettre le pied en Suisse. Cela ne risque visiblement pas d’arriver, sachant que l’administration espagnole va vraisemblablement refuser à la Suisse son extradition.

Son odieuse action, en plus d’être illégale, est totalement contraire au code d’honneur de l’employé de banque et à ses principes historiques. Ces derniers impliquent depuis longtemps qu’il soit d’une discrétion, d’un silence et d’une fidélité sans faille envers ses clients, son employeur et à une échelle plus générale, envers le système bancaire du pays.

Oui mais voilà; les consolidations, la crise financière, la fonte des marges et la dégradation des conditions cadres sont passées par là. Les établissements n’ont pas eu d’autre choix que de couper dans la partie “prime de loyauté” de leur bilan en diminuant les effectifs, bonus, et autres avantages dont bénéficiaient leurs équipes. On a peut-être aussi été moins regardant sur les critères d’engagement afin d’effectuer des économies que d’aucuns qualifieront de “de bout de chandelle”. Et si l’on ajoute que dans certains cas on est même allés jusqu’à livrer en pâture les noms d’employés aux autorités étrangères, plus de doute, quelque chose a bien changé.

Dès lors, le peu d’avantages qu’il leur reste justifie de moins en moins l’attitude irréprochable que l’on doit exiger de ses équipes, et les mauvais comportements comme les risques de dérapage augmentent.

Nous n’avons pas (et n’aurons sûrement jamais) tous les éléments de l’affaire. Falciani lui, soutient qu’il n’a pas fait ça pour l’argent; on peut le croire ou pas. Ce qui est sûr, c’est que s’il s’était senti parfaitement à l’aise à sa place de travail il n’aurait sûrement pas tout remis en question pour s’improviser Zorro de la taxation mondiale.

On espère de tout coeur que cet équilibre se remette en place très vite afin de ne pas vivre d’autres épisodes similaires, qui pèseraient une fois de plus sur notre crédibilité. Malheureusement, les Länder allemands ne s’en cachent pas, ils sont acheteurs de listes de clients de banques Suisses. Quand aux employés, l’avenir qu’on leur dépeint est toujours plus morose, avec des prévisions alarmistes sur le futur des emplois du domaine et des ambiances de travail de plus en plus difficiles, en particulier dans les activités qui ne sont pas directement liées à la clientèle (middle et back office).

Il faudrait donc que les cd de données soient un peu moins intéressants aux yeux de nos voisins, ou que les conditions de travail dans la branche s’améliorent; la première option semble la plus probable.

Advertisements
Standard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s